www.Yakarire.net
Yakarire
TRIBUNAL
ACTU FR
VIDEOS
ACTU OBSCURE
LE DEBAT
JCVD
3615 MYLIFE
HUMOUR
IMMIGRATION
SOCIETE
70 millions d'habitants
70 millions d'histoires
Découvrez les aventures, exceptionnelles, ordinaires, tristes, drôles d'autres français, ou francophones, comme vous et moi.
Ici, ils se livreront à vous sans concessions.
Vous pouvez envoyer vos histoires, accompagnées de photos pour les illustrer à admin@yakarire.net.
Je suis le maître du monde, vous êtes mes marionnettes, j'ai le droit absolu de vie ou de mort sur vous. Vous travaillez pour moi
Voici mon histoire.
Voici leur histoire...
[ Vous devez être inscrit pour commenter. ]
Voir les commentaires (0)
Benji adore la bite, mais comment est-il devenu "l'homme" qu'il est devenu ?
Voici son histoire.
Voici leur histoire...
[ Vous devez être inscrit pour commenter. ]
Voir les commentaires (1)
Maximus : le 23/02/2021 à 12:02
T'aurais du éviter la photo de cet enfant noir, ça va exciter les pédos de gauche.
Jean Claude est passionné de voyage, il rentre chez lui et constate quelques changements dans son pays
Voici son histoire.
Voici leur histoire...
[ Vous devez être inscrit pour commenter. ]
Voir les commentaires (0)
Exilé de France pour un scandale de pédophilie, Didier s'envole pour le Cambodge, Terre promise de tous les damnés, range sa croix et sort sa bite.
Voici leur histoire...
[ Vous devez être inscrit pour commenter. ]
Voir les commentaires (1)
Maximus : le 16/11/2020 à 14:11
Pas mal la petite..
Julien et sa compagne ont économisé de longues années pour s'acheter une maison, leur rêve est maintenant réalité.
Voici leur histoire...
[ Vous devez être inscrit pour commenter. ]
Voir les commentaires (0)
Jean Claude est passionné de voyage, il rentre chez lui et constate quelques changements dans son pays
Voici son histoire.
Je suis né en 1971 et je grandis dans un appartement à côté du parc Botzaris, à Paris. Mon enfance est loin d’être malheureuse. Je suis fils unique, donc nul besoin de partager mes jouets avec un frère rival. On ne manque de rien. Mon père est ingénieur dans une grande boîte et ma mère secrétaire.
Un poil agité comme gamin, Je cours tous les jours dans le parc. Il est propre et même sans soleil, il fait toujours beau.
Mes grands-parents habitent aussi Paris. Cergy Pontoise en fait. L’on peut dire que l'ambiance est bonne. Si bonne qu’on vient les voir une fois par semaine. Durant nos fréquentes visites, on fait des jeux de société ensemble. Évidemment, la cuisine est meilleure, toutes les mères-grands sont des cordons bleus.
Mon cousin Edouard habite Montmartre, là où tous les hipsters se retrouvent. Un poil bobo ces gens-là, mais bon, je ne juge pas. L’élite intellectuelle de Paris se respecte partout dans le monde.

J’ai 18 ans. Pour mon anniversaire, je sors avec mes plus proches amis, et on se met une cuite. J’emballe une nana sur place, Amandine, et je ressors victorieux du bar, on se pelote goulûment. Je fréquente les troquets parisiens. L’ambiance est on ne peut mieux. Les gens rigolent. La vie me sourit de tous ses chicos.
J’adore bouger. Paris n’est pas mon seul Havre de paix. Mes voyages dans le sud, avec ces villages magnifiques, certains médiévaux, me procurent bien des satisfactions. J’évite néanmoins de mentionner mes origines parisiennes. En voyant le bout du monde sur des dépliants, je salive. Je fais des petits boulots pour me payer mes études d’histoire. Pas difficile à trouver.
Avant d’épouser qui que ce soit, je décide d’épouser une carrière de voyageur. J’envisage de devenir reporter. Mais ayant pour atout une bonne élocution, je décide de devenir guide.

A 26 ans
Je gagne ma vie comme guide touristique en Asie, ce continent me fascine particulièrement.
Je fais des tournées en Thaïlande, au Vietnam, au Cambodge. Je suis assez content de l’ambiance. Pas de “Nique ta mère la p***”, les enfants sont bien élevés et polis. Ils m’aident à m’installer à chaque voyage, me préparent du thé. Mes voyages me permettent aussi d’oublier un grand malheur ayant frappé notre famille.
Mes parents sont morts dans un accident de circulation. Le chauffard à la peau halée conduisant son bolide sans permis les a fauchés de plein fouet, puis délit de fuite, comme l’ont dit les témoins. Il n’a jamais été arrêté. Je reviens en France pour l’enterrement. Mes grands-parents sont inconsolables. Toujours mariés depuis 50 ans, rien à voir avec cousin Edouard. Lui a divorcé deux fois, un enfant à charge. Il me tient l’épaule et dit.
“On vit dans un monde dangereux, maintenant. Plus personne ne respecte rien…”
J’ai maintenant 32 ans.

Lundi 9h45
L’avion atterrit à Paris
Les aéroports me fatiguent.
Je bâille à m’en décrocher la mâchoire. Le vol m’a pas mal épuisé, les nombreuses escales n’arrangent pas les choses, et ma ville que j’adore, c’est aussi celle que je déteste.
Mon taxi passe devant une affiche, je vois la dernière pub d’Omar Sy, popularité à son comble, il fait la promotion du dentifrice Blanbecos.
En sortant du taxi, je me fais accoster par un Noir, il sort de prison me dit-il, il a besoin d’argent. Je lui dit que j’en ai besoin pour payer la course, il m’insulte et me crache dessus.
-Raclure de blanc Parisien, tu veux pas m’aider parce que je suis noir, c’est ça ? -Euh non non, j’ai juste plus assez d’argent, j’ai eu un mois difficile, faut pas m’en vouloir, Monsieur ! -Vasy sale raciste, je te pisse à la raie, tu feras pas le malin très longtemps !!
Je me mets en route, oubliant cet incident, je sifflote, en me remémorant les allées et venues dans mon quartier il y a longtemps de ça. Besoin de décompresser. Après une sieste bien méritée, j’entre dans mon troquet préféré. Jadis, le bar était tenu par Marcel, un gars du sud. On pouvait allègrement y draguer pépèrement.
On dirait que maintenant, un an plus tard, c’est devenu un bar muslim, le Allahuak Bar, où les femmes sont interdites. Je pose un orteil dans le repère que les conversations s’arrêtent et que je suis reluqué tel un freluquet, tous ces regards se posant sur moi sont pesants. Je prends un café, quelque peu gêné, je n’oublie pas qu’un consommateur d’alcool est châtié dans d’autres cultures.

Je repars trois jours plus tard au Vietnam.
Un mois plus tard...je reviens à Paris.
J’entends du rap dégueulasse qui sort des enceintes en pleine rue. Où est passé MC Solaar ? Des paroles complètement dénuées de sens. Je vois partout des T-Shirt sur lesquels est écrit: “J’enculerai la France jusqu’à ce qu’elle m’aime”... Je passe à Montmartre voir mon cousin Edouard, lequel semble avoir changé aussi. Son langage autrefois châtié dont je me moquais a été modifié. Il parle de façon vulgosse. Le quartier regroupant l’élite intellectuelle en a pris un sacré coup depuis l’arrivée il y a un mois de Lybiens. Enfin bon, on passe à table. Le fils de mon cousin a huit ans. “Georges, à table !!”
Celui-ci répond: “Va te branler !!”. Edouard laisse passer. Si nos grand-parents étaient encore de ce monde, ça ne se serait pas déroulé ainsi…
“George, comment vas-tu ?” Je lui demande. -Arrête de me foutre la honte. Je m’appelle pas George, mon nom est Abdul Karim. C’est comme ça qu’on m’appelle à l’école.

Lundi suivant 13h48
Une fille mignonne, jolie brune semble être dans la panade. Elle essaie tant bien que mal de se défaire d’un malotru aux intentions douteuses.
-Wesh, arrête de faire semblant de pas m’avoir vu, je sais que t’as envie. T’as un 06 ? - S’il vous plaît monsieur, mon petit copain m’attend, je n’ai pas le temps pour vous. - Je m’appelle Walid, et j’kiffe trop ton boule de rêve. Vasy lâche ton 06 !! - T’as de quoi noter ? C’est le 118 218 - Tu m’as pris pour un mongol ou quoi ? Sale pute, tu feras moins la maligne quand on débarquera chez toi avec mes cousins !!
Sur ce, il l'agrippe par le bras, mon sang ne fait qu’un tour, je m’approche de cet individu, manifestement un malpropre….
Monsieur, il semblerait que la demoiselle ne veuille pas être importunée. Vous ne préférez pas passer votre chemin ? Wesh il se prend pour qui le vieux débris ? Tu vois pas que tu déranges ? Va te faire enculer !!

Un aller-retour (3 semaines ) plus tard...
Jeudi - 14h03
Je vois des drapeaux africains sur la mairie accompagnant de la musique pour zoumber. La population a été modifiée ou quoi ? A tous les coins de rue, des arabes et des noirs me toisent. Je rentre dans un café et je croise un ado sympa, c’est bien le seul. Il me dit que la vie est devenue si chère. Tous les jobs étudiants et les emplois sont occupés par des immigrés.
Vendredi - 15h
Je retourne à la fac où j’ai étudié l’histoire. Je croise la doyenne. Mon ancien prof, Hérodote qu’on l’appelait, a, paraît-il, été victime d’une agression au couteau il y a cinq ans. Lorsque je demande comment cela a pu se produire, elle me répond que notre cher Hérodote a parlé de la colonisation sans animosité, sans cracher par terre comme tout le monde doit le faire.
Intrigué par ces quelques changements, je me rends à mon ancien collège. Je n’étais pas préparé à cela. J’entre dans la bibliothèque qui sent le shit à plein nez. Insupportable...
Je jette un œil aux nouveaux manuels du collège. Napoléon, c’est le noir qui a libéré les esclaves. Et Robespierre a été le premier noir à décapiter la France raciste...

Encore un voyage...Je reviens deux semaines plus tard.
Samedi - 13h46
Je marche dans les rues, hagard, scrute les alentours. Je soupire et dis à voix basse: “on dirait que le nombre de demandeurs d’asile a augmenté dans notre pays…” Sur ce, un policier au teint halé qui passait à côté de moi m’interpelle:
“Hep hep hep monsieur, il ne faut pas dire ‘demandeur d’asile’ mais ‘propagateur de culture’...L'amende est fixée à 20 Africards”.
-Affricard ? que je demande.
-Oui la monnaie nationale, enfin dans la quasi totalité du pays mon cher monsieur. Vous vivez dans une grotte ?
J’entends des kalash tirer au loin. L’agent ne semble en avoir cure, toutefois il insiste sur mon obligation de payer l'amende.
-Alors c’est encore pour aujourd'hui ?
-Mais comment est-ce possible que l’euro ait aussi rapidement été remplacé ?
C’est le référendum de la semaine dernière. Approuvé à 90 % de la population.
-90 pourcents ? Mais ? Seuls dix pourcents ont choisi de garder l’ancienne monnaie qui avait le plus de valeur dans le monde ?
-Eh oui, les 10% sont les rabbats joie de blancos, des Français de souche comme vous diriez… Je n’ai pas de telle monnaie, je sors trois liasses de 50 euros et lui dit:
“C’est tout ce que j’ai….”
-C’est bon pour cette fois !!
Même jour - 16h32
Je continue mon pèlerinage qui a un goût de calvaire...Je ne croise aucun parisien comme moi.
Le parc Botzaris où je coulais des jours de mon enfance paisibles a été souillé par des détritus en tout genre, on dirait même qu’il y a eu défécations jonchant en plein milieu de la voie, pas forcément d’origine animale…

Les touristes chinois prennent des photos de la statue de Mbappé.
Un an plus tard…
Je mange des boîtes de conserves, en bref une vie de minable.
Je tombe sur Amandine, cette femme au teint frais que je pelottais jadis pour mes 18 ans s’est converti à l’islam, pour se marier. Elle me dit: “Je m’appelle Fatima à présent. Tu sais, le monde change, il faut faire avec. Les musulmans ne sont pas forcément violents. Tu peux aussi te convertir de ton plein gré, c’est ce que j’ai fait. Par contre, excuse-moi, je n’ai pas le droit de te parler. Je suis mariée maintenant.”
Encore un aller-retour plus tard…
A l’aéroport, on m’arrête et on m’informe que j’ai été déchu de ma nationalité, d’après la nouvelle loi instaurée par la république Africaine de France.
“Si vous voulez venir habiter à Africaville, il faut vous inscrire sur le registre des demandeurs d’asile, monsieur.” -Africaville ?
-Oui monsieur, c’est comme ça que nous appelons Paris maintenant. Je vous inscris sur le registre ?
-Oui...euh, Non, en fin de compte, je vais retourner en Asie...
Les deux agents du service d’immigration se regardent en pouffent…
“Encore un baptou fragile, je les compte plus. Ils vont nous manquer quand ils auront disparu du pays”.
Je squatte l’aéroport et passe ma journée. Je descend une flash de vodka en une traite, chose que je n’avais jamais faite avant.

Dans mon nouveau domicile dans la capitale cambodgienne (je suis devenu Phnom-Peinard hehe)...
Africafrance avait besoin d’un leader, d’un fin stratège pour diriger le pays. Il y a eu donc des campagnes électorales, tu parles d’une parodie...
Eddy Malou a été élu président de la République. Il a bluffé tous ses concurrents noirs par tous ses discours pleins de “africanixalisations des lois du marché” et de “nucléarité sociale”.
Les Africains voyaient en lui, le premier savant de la République Démocratique du Congo, un visionnaire, qui les sortiraient d’une crise économique.
Il a construit des ponts, en mettant les meilleurs ingénieurs du Congo sur le coup...Deux jours plus tard, le grand Pont “Malou” de Paris s’est cassé la gueule, faisant une cinquantaine de morts...
Dans le courant de son mandat, il a ouvert des camps dans la limite de la salubrité pour y placer les “blancos” gênants.

Cousin Edouard m’envoie des photos whatsapp depuis le camp où il a été placé, également déchu de sa nationalité.
Il a été dénoncé par son fils pour activités anti-propagande africaine.
En fait, ayant perdu son travail pour laisser place à un muslim, et pour se faire une poignée d’africards, il vendait des anciens livres d’histoire de France, celle bourrée “d'inepties colonialistes” et autres.
Quant à son visionnaire de fils, mon aimable cousin George, pardon, Abdul Karim, il a eu une promotion à la télévision pour récompenser son geste patriotique. Il a obtenu un rôle dans la téléréalité “les Anges à Paris”, pardon Africaville, lui qui a toujours rêvé de gloire et de popularité. Il aurait vendu son âme (en l'occurrence son père) au diable comme tous les jeunes pour briller.
Je soupçonne Edouard d’avoir obtenu ledit téléphone en faisant quelque faveur sexuelle, les appareils pour communiquer étant interdit dans les camps… Dans mon cher parc Botzaris, il y a maintenant des tentes de clochards avec des Français, mes anciens voisins qui eux ont eu la “chance” de garder la nationalité. Tout ceci ne manquait pas de comique vu que ces voisins dédaigneux étaient de vrais bobos. A présent ils sont en haillons sur la paille.
Sur les photos que j’ai reçues, on voit des morts dans les rues. Des cadavres moisissent sur le parvis de Notre Dame, qui a brûlé en 2031, une fois de plus, mais cette fois c’est un certain Hakim l’iconoclaste qui l’aurait foutu en cendre pour rayer la religion chrétienne, dangereuse pour l’avancement de la RAIF (République Africaine Islamique de France).
J’ai 65 ans aujourd'hui.

La guerre civile n’a au final pas eu lieu. Tout doucement, sournoisement, le Français vit terré chez lui, probablement dans un camp, transi par la peur de se faire exclure, voire tué.
L’égoïsme règne en maître dans ce pays que je ne reconnais plus. Cette histoire me rappelle fortement les Indiens d’Amériques. Leur culture exclue, appauvrie, a quasiment disparu avec les années.
Je me réveille dans un monde complètement absurde, et le Français moyen, devenu minoritaire, devient alcoolique. J’ai sauvé mes fesses en restant sur le continent asiatique mais mes compatriotes sont devenus des êtres vidés de leur substan ce et je souffre pour eux. Ils se sont tués à petit feu.
Le grand remplacement, que je prenais pour un conte de fée, est devenu réalité. Maintenant que faire ? Je me sers un whisky serré, il a un goût d’amertume...je ferme les yeux et essaie de ne penser à rien.
Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Yakarire - Site parodique [ou pas] d'actualités - Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. [2019]